Joachim Koester
My Frontier is an Endless Wall of Points
...

 
Joachim Koester, My Frontier is an Endless Wall of Points (After the Mescaline Drawings of Henri Michaux) (video still), 2007

Film 16 mm, noir et blanc, muet, 10’24”
Courtesy de l'artiste et de la Galerie Jan Mot, Bruxelles


el_koester_demonology.jpg


Joachim Koester, Demonology, 2010

Film 16 mm, noir et blanc, muet, 4’12’’
Courtesy de la Galerie Nicolai Wallner, Copenhague ; Galerie Jan Mot, Bruxelles
Vue de l'exposition de Joachim Koester Of Spirits and Empty Spaces, du 10 décembre 2011 au 20 février 2012, à l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes.
© photo Blaise Adilon

el_koester_message_from_andre__e.jpg


Joachim Koester, Message from Andrée, 2005

Installation
Film 16 mm, noir et blanc, muet, 3’30’’
Photographies noir et blanc
Courtesy de la Galerie Jan Mot, Bruxelles
Collection Kadist Art Foundation, Paris ; Fonds national d’art contemporain, Paris ; Carnegie Museum of Art, Pittsburg ; Statens Museum for Kunst, Copenhague
Vue de l'exposition de Joachim Koester Of Spirits and Empty Spaces, du 10 décembre 2011 au 20 février 2012, à l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes.
© photo Blaise Adilon


Joachim Koester est un explorateur de territoires étranges. Selon lui, après que les dernières zones vierges sur la terre eurent été cartographiées, l'attention s'est portée vers les structures intérieures* de notre monde. Aussi, à la croisée de la recherche scientifique et de l'expérience sensible, ses œuvres nous mènent dans des voyages géographiques et mentaux à partir d'histoires et de lieux oubliés qui nous reviennent comme des rêves éveillés. Nous découvrons alors une autre mémoire aux marges de la nôtre ; celle de l’occultisme, du mysticisme et des rituels du passé. Depuis Message from Andrée (2005) - œuvre documentaire qui retrace le voyage entrepris par Salomon August Andrée, chercheur suédois désirant atteindre le Pôle Nord à bord d’un ballon à hydrogène - l'aspect documentaire de son travail nous conduit à la lisière du visible, basculant de l'expérience physique à l'expérience perceptuelle. Les résultats de ces enquêtes nous sont donnés à voir dans des films 16mm silencieux en noir et blanc qui forment, peu à peu, la matière d'une histoire hallucinée.

* fondement de la psychanalyse avec Freud, de la linguistique avec Saussure, de nouvelles théories physiques avec Bohr.

micro Labo

Découvre, explore et expérimente !



Joachim Koester a créé un film en mettant plusieurs dessins de l'écrivain Henri Michaux les uns à la suite des autres. Les dessins défilent si vite qu'on a l'impression qu'ils se mettent en mouvement ! Toi aussi donne vie aux images en créant un flipbook, appelé aussi folioscope : c'est un petit livre d'images qui, feuilleté rapidement, donne l'impression d'une séquence animée.

N'hésite pas à publier tes expérimentations sur les réseaux sociaux avec le #microlabo.

macro Labo

Avec deux extraits des "documentaires psychédéliques" de Joachim Koester, on peut se tenir à la frontière du visible et scruter ce qui s'y joue au-delà, dans ces contrées intérieures et lointaines. 

Dans My Frontier Is an Endless Wall of Points (2007) Koester fait défiler les dessins mescaliniens de Henri Michaux dans un effet flicker. L'assaut kaléidoscopique d'images provoquées par la mescaline permettait au poète belge de se défaire de l'imagination et de dissoudre la représentation mimétique. Il en reste des gestes électriques qui recouvrent les feuilles et l'écran.

 
Joachim Koester, My Frontier is an Endless Wall of Points (After the Mescaline Drawings of Henri Michaux) (extrait), 2007

Film 16 mm, noir et blanc, muet, 10’24”
Courtesy de l'artiste et de la Galerie Jan Mot, Bruxelles


À ces mouvements d’exaspérations intérieures répondent les mouvements générés par les passes magiques de Carlos Castaneda de To navigate, in a genuine way, in the unknown necessitates an attitude of daring, but not one of recklessness (2009). Selon l'anthropologue, initié aux plantes médicinales par le sorcier indien Yaqui Don Juan Matus, ce répertoire de gestes spécifiques permettrait de transmettre l’enseignement des anciens chamans mexicains pour
« naviguer sur la mer obscure de la conscience ». De ces espaces troubles, pré-langagiers, Koester forme des "images visuelles" d'états de conscience altérée par une substance, et invite nos corps à s'y enfoncer.

 
Joachim Koester, To navigate, in a genuine way, in the unknown necessitates an attitude of daring, but not one of recklessness (video still), 2009

Film 16 mm, noir et blanc, muet, 3'16"
Courtesy de la Galerie Jan Mot, Bruxelles
Collection Frac île-de-France / Le Plateau, Paris

Poursuivre l'exploration du Laboratoire

« Le travail de Joachim Koester fait en quelque sorte une entaille dans l’interdit qui domine le monde actuel, celui de prendre en compte des mondes intermédiaires. »

Poursuivre l'exploration du Laboratoire

Station 7
Le rideau des rêves. Visions hypnagogiques

L'œuvre My Frontier is an Endless Wall of Points est le point de départ de la Station 7, Le rideau des rêves. Visions hypnagogiques, composée par Joachim Koester et le théoricien de l’art Yann Chateigné.

Station 3
Vers des états modifiés de la conscience

Lors de la Station 3 : Vers des états modifiés de la conscience, Marion Laval-Jeantet, artiste, ethnopsychiatre et issue du mazzérisme*, raconte son initiation à l'iboga, une plante de la tradition gabonaise du Bwiti qui plonge dans un coma aux frontières de la mort.

*pratique divinatoire corse

Station 9
Art sous influences et subversions, pour une conscience élargie

L’expérience des psychotropes par des artistes peut être appréhendée comme une recherche artistique, hypothèse développée lors de la Station 9 : Art sous influences et subversions, pour une conscience élargie.