Matt Mullican :
retour sur l'exposition 12 by 2

el_mullican_the_iac_mural_1.jpg

 
Matt Mullican, The IAC Mural, 15 June 2010, 2010

Peinture murale
900 x 1500 cm
Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes
Vue de l'exposition de Matt Mullican 12 by 2, du 4 juin au 19 septembre 2010, Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes
© photo Blaise Adilon


Matt Mullican a développé sa propre encyclopédie cartographique de signes et de symboles qu’il explore et réinvestit notamment à travers des actions sous hypnose. L’artiste symbolise ainsi le monde avec une signalétique et un code couleur qu’il utilise sur tous types de supports : posters, drapeaux, maquettes architecturales, simulations 3D, caissons lumineux, sculptures en verre ou en bois, vitraux, etc.

Le premier niveau, vert, désigne la matière, les éléments, la nature.
Le deuxième niveau, bleu, concerne la vie quotidienne, ou ce que l’artiste nomme le plus souvent world – le monde.
Le troisième niveau, jaune, réfère à l’art, la science et les mythes.
Le niveau de couleur noire représente le langage.
Au sommet, le rouge désigne l’activité spirituelle.

Chacune de ces couleurs est une manière de voir le monde. Matt Mullican propose au visiteur différents filtres pour percevoir ce qui l’entoure et l’encourage à s’interroger sur ses propres habitudes de pensée.

En 2010, à l’occasion de son exposition 12 by 2, Matt Mullican a réalisé une œuvre in situ sur le mur de l’immeuble mitoyen de l’Institut d’art contemporain : The IAC Mural, 15 June 2010. Cette grande fresque qui donne sur la rue du Docteur Dolard à Villeurbanne est visible aussi bien par les visiteurs du centre d’art que par les passants. 

el_mullican_learning_from_that_person_s_work_1.png

 
Matt Mullican, Learning from that Person’s Work, Room 6, 2005

Installation
12 panneaux composés de 9 dessins chacun
Encre sur papier monté sur tissu
12 panneaux de 280 x 220 cm chacun
Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes
Vue de l’exposition COLLECTION'12, du 14 décembre 2012 au 3 février 2013, Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes
© photo Blaise Adilon


Agissant comme un archéologue de l’esprit, Matt Mullican s’intéresse à ce qu’il appelle la « traversée du miroir » pour solliciter la subjectivité du spectateur et sonder la réalité au-delà du visible. Dès les années 1970, il active par des techniques de transe un double graphique dénommé Glenn avec ses Stick Figure Drawings. Il poursuit ces allers-retours entre monde physique et monde psychologique lors de séances publiques d'hypnose, d'abord réalisées avec des volontaires puis sur sa propre personne seulement. Il s'agit de "rentrer dans l'image"(1) pour explorer les processus de la pensée et donner forme à des états mentaux enfouis, catalysant la création d'un langage graphique et sémiotique. Après quelques années d'interruption, ce travail hypnotique fait son retour et se déploie avec le dédoublement schizoïde de Matt Mullican en That Person : une figure sans genre ni âge qui poursuit cette création sous état modifié de conscience en apparaissant, agissant et éprouvant distinctement de Matt Mullican lui-même. L’exposition 12 by 2 a associé pour la première fois la production de Matt Mullican avec celle de That Person, dualité qui traverse l'ensemble des douze espaces de l’IAC et ainsi annoncée par le titre même de l’exposition.

(1) "I always wanted to enter the picture and say that the pictured reality is a reality" (Matt Mullican)

micro Labo

Découvre, explore et expérimente !


Teste ta mémoire visuelle en explorant le code couleur de Matt Mullican.
N'hésite pas à publier tes expérimentations sur les réseaux sociaux avec le #microlabo.

macro Labo

vlcsnap-2010-10-22-08h55m58s155.png
vlcsnap-2010-10-22-08h58m07s190.png

 
Matt Mullican, Untitled (Matt Mullican under Hypnosis: Zurich), 2003

Vidéo couleur sonore en boucle, DVD
Durée : 69'47''
Tirage : 10/16
Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes 


« In many ways, entering a virtual reality is similar to going into a trance. That is why I often show the videos of the virtual environment, next to a video of myself in a hypnotic trance. Both of them are projected. Both of them are illusions. The hypnosis is about emotional space and the virtual city is about architectural space but they are both equally invisible. They are both about losing yourself in a certain place. You voluntarily immerse yourself in another world. »

Appréhendez ces modifications d'états de conscience en vous immergeant dans les transes de Matt Mullican avec cette performance sous auto-hypnose.

Matt Mullican, Untitled (Matt Mullican under Hypnosis: Zurich) (extraits), 2003

Vidéo couleur sonore en boucle, DVD
Durée : 69'47''
Tirage : 10/16
Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes 

Poursuivre l'exploration du Laboratoire



IRM du cerveau de Matt Mullican sous hypnose

« Une bonne façon d’agrandir le champ de conscience consiste non à ajouter des fonctions mais à en retirer. […] Retirer de l’interprétation par le langage peut donner des expériences de perception élargies de tout ce qui ne peut se conceptualiser par des mots. Ainsi le "retour" vers un chaos "primitif" donne accès à tous les possibles d’un cerveau non rétréci, en particulier sur le plan de la créativité artistique. »


Objet de controverse et d’engouement au sein des études psychiques, l'hypnose, cette « médecine de l’imagination » intéresse des artistes, dès la fin du XIXe avec l’Art Nouveau, qui s’en emparent pour explorer le réel sous état de conscience modifiée.

Lors de la Station 3 du Laboratoire espace cerveau, l'intervention de l'historien Pascal Rousseau retraçait ces affinités, des expériences surréalistes aux stratégies conceptuelles des années 1970, en montrant que l’hypnose constitue un paradigme possible pour comprendre la démarche artistique à partir de celle de Matt Mullican.

Matt Mullican

Artiste américain né en 1951, Matt Mullican occupe une place singulière dans le champ de l’art contemporain, au regard de l’amplitude de son projet artistique et de sa nature même.
Investissant à la fois les champs de la performance, de l’installation, de l’art numérique (plus précisément des images de synthèse) ou de la sculpture, Matt Mullican travaille à l’élaboration d’un modèle de cosmologie constitué par un vocabulaire formel et symbolique très personnel.
L’hypnose et la cartographie sont les principaux modes opératoires de son œuvre. Matt Mullican développe des systèmes cohérents de signes qu’il explore et réinvestit à travers des actions sous hypnose, dans un va-et-vient permanent entre le réel et sa schématisation, entre la fiction et sa réalité physique.

Liens