Métamorphose et contamination, la permanence du changement

La Station 16 prend pour objet d’étude des œuvres de l’exposition de la Biennale de Lyon intitulée « Là où les eaux se mêlent ». Sur une proposition de Raphaël Brunel, curateur et Julien Discrit, artiste, cette station poursuit, à la suite de la Station 14 (« Matière et métabolismes »), l’exploration de la matière, à la fois vectrice et produit de contamination et de métamorphose. Cette matière est sondée comme possible paradigme pour prendre acte de la porosité et de l’enchevêtrement entre les êtres du cosmos et pour recomposer un monde cosmomorphe.

Quelle que soit la terminologie choisie pour la définir, la période que nous traversons est caractérisée par des mutations brutales, opérant tant à l’échelle des écosystèmes et du climat qu’à celles, cellulaire et moléculaire, du corps et de la matière. Aussi les échanges permanents induits par la coexistence des humains et des non humains seraient à envisager sous l’angle d’une perpétuelle contamination réciproque. Dans certains cas, celle-ci devient la source d’une confusion entre le naturel et l’artificiel. Tout type d’interface sensible mise en contact et en relation avec un organisme, une substance ou une technologie exogènes se voit ainsi évoluer ou se reconfigurer. 

Dans quelles mesures ces logiques d’affection ou d’infection produisent-elles un ensemble d’effets, d’influences réciproques ou de réactions, à même de générer des situations nouvelles et dynamiques dans lesquelles la métamorphose primerait sur l’être, où le changement ne serait finalement que permanence ?

Intervenant·e·s

   
Raphaël Brunel
, curateur, et Julien Discrit, artiste (introduction)

Bruno Botella, artiste, et Mimosa Echard, artiste (dialogue enregistré depuis le Japon)

Grégory Chatonsky, artiste-chercheur

Théo Massoulier, artiste

Dylan Trigg, philosophe

Hélène Vial, maître de conférences HDR de latin à l'Université Clermont-Auvergne

 

Cyrille Noirjean, modérateur

Œuvres à l'étude


Composition et mise en espace des images :
Olivia Grandperrin

À l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes

du 18 septembre 2019 au 5 janvier 2020

Isabelle Andriessen, Olga Balema, Lynda Benglis, Hicham Berrada, Michel Blazy, Giovanni Boccaccio, Bianca Bondi, Bruno Botella, Charles Burns, Nina Canell, John Carpenter, Giulia Cenci, David Cronenberg, Morgan Courtois, Julien Discrit, Melissa Dubbin et Aaron S. Davidson, Mimosa Échard, Khalil El Ghrib, Thomas Feuerstein, Alex Garland, Jonathan Glazer, Ane Graff, Daiga Grantina, Pakui Hardware, Roger Hiorns, Pierre Huygue, Ann Veronica Janssens, Camille Juthier, Tetsumi Kudo, Mire Lee, Gustav Metzger, Hayao Miyazaki, Alan Moore, Sébastien Mounier et Thomas Cailley, Katsuhiro Otomo, Jean Painlevé, Shanta Rao, Pamela Rosenkranz, Karl Sims, Robert Smithson, Stuart Staples, Satoshi Tajiri, Fabrizio Terranova, John William Waterhouse, Trevor Yeung, Anicka Yi. 

Journée d’étude


Sur une proposition de

Raphaël Brunel, curateur et Julien Discrit, artiste


Vendredi 22 novembre 2019 - in situ
Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes

Samedi 23 novembre 2019 - ex situ
Usine Fagor, Lyon


Pour recevoir la documentation spécifique à cette station, inscrivez-vous sur https://iac-villeurbanne.mapado.com/event/villeurbanne/journees-detude-station-16-metamorphose-et-contamination-la-permanence-du-changement-a-liac-aux-usines-fagor

   
Déroulé de la Station 16

Participant·e·s

 
Nathalie Ergino

Directrice de l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes

Jérôme Grivel
Artiste

Ann Veronica Janssens
Artiste, enseignante aux Beaux-Arts de Paris

Flora Katz
Critique d'art, commissaire d'exposition et doctorante à l'Université de Paris 1 La Sorbonne

Sandra Lorenzi
Artiste

Théo Massoulier
Artiste

Cyrille Noirjean
Directeur de l’URDLA (Centre international estampe & livre), psychanalyste (membre de l’Association Lacanienne Internationale)

Stéphanie Raimondi
Artiste

Vahan Soghomonian
Artiste

Floryan Varennes
Artiste

Mengzhi Zheng
Artiste